L'hypocrisie des envieux : je te souhaite de bien aller, mais pas mieux que moi - RegardeCetteVideo.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
L'hypocrisie des envieux : je te souhaite…
Ils perdent leur fille d'un an, mais ils décident de faire don de ses organes : l'hôpital honore ce choix par un geste émouvant Cette gymnaste championne du monde atteinte de trisomie 21 défie l'idéal de beauté et devient mannequin

L'hypocrisie des envieux : je te souhaite de bien aller, mais pas mieux que moi

2.268
Advertisement

Il y a des gens qui méprisent profondément quiconque est meilleur qu'eux ; souvent, ils ne se limitent pas à la critique, mais ils mettent en œuvre de véritables stratégies de boycott, pour enlever ce que les autres ont eu plus qu’eux.

Très probablement, vous aurez trouvé le nom d'une personne qui correspond exactement à cette description. Eh bien, sachez qu'en psychologie, ce type de comportement s'appelle le syndrome de Procruste: voici comment reconnaître qui en souffre et comme le gérer.

C'est l'intolérance et l'égoïsme pur qui poussent ceux qui souffrent du syndrome de Procuste à détester ceux qui ont fait mieux que lui. Ils n'acceptent pas la possibilité de perdre ou de céder le pas à ceux qui ont plus de talent qu'eux-mêmes, et souvent ils ne se limitent pas au mépris : ils croient qu'il est tout à fait légitime d'agir pour "venger" ou de faire en sorte de le conduire vers l'échec.

Pour ceux qui souffrent du syndrome de Procuste, il n'y a rien de pire que d’être dépassé de quelque façon que ce soit, aussi insignifiant soit-il.

Procuste était le nom du personnage de la mythologie grecque, qui aurait possédé une taverne : ici, il a accueilli les voyageurs en les faisant asseoir sur un lit et en punissant ceux qui étaient trop grands ou trop petits ; en fait, Procuste avait deux lits de tailles différentes, et il décidait à l’avance lequel allait accueillir les clients, afin de leur assurer une punition dans tous les cas.

Les Procustes modernes se retrouvent dans tous les domaines de la vie : dans le sport, au travail et dans la famille. Ce sont ces gens constamment frustrés qui n'arrivent pas à se réjouir des succès des autres.

Reconnaître ceux qui souffrent du syndrome de Procuste est facile : souvent, ce ne sont pas les personnes les plus qualifiées dans un environnement, alors ils craignent qui pourrait exceller plus qu'eux. Quand cela se produit, ils utilisent des stratagèmes pour l'empêcher de réussir ou même simplement pour l'humilier et miner son estime de soi, afin de ne plus en faire une menace.

Ce sont des gens frustrés, avec peu d'estime de soi ou, au contraire, un ego énorme qui les conduit à ne pas accepter que quelqu'un vole leur centre d'attention. Ils se présentent comme des gens sociables, capables de travailler en groupe, mais c'est seulement pour cacher leur soif de contrôle, leur égocentrisme et leur rigidité de pensée.

Avoir affaire avec un Procuste peut être très difficile, parce qu'ils agissent de manière subtile, en se faisant passer pour des gens magnanimes. La meilleure stratégie à mettre en œuvre avec ce type de personnes est la distance : rester proche d'elles peut signifier subir leur harcèlement, leurs stratagèmes et voir leur estime de soi se perdre.

Dans le monde, chacun a son propre secteur où il peut exceller. La concurrence est saine et profitable, mais seulement lorsque l'on est prêt à accepter la défaite et la victoire de quelqu'un d'autre, et utiliser le prétexte pour s'améliorer, tout en laissant les autres suivre leur cours.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci