Cette femme du Malawi a libéré plus de 1 500 enfants mariées et les a fait retourner à l'école

Baptiste

02 Août 2020

Cette femme du Malawi a libéré plus de 1 500 enfants mariées et les a fait retourner à l'école
Advertisement

Selon les données des Nations unies, une fille sur trois se marie avant ses 18 ans dans certaines régions sous-développées de la planète ; malheureusement, le phénomène des "jeunes mariées" est très ancré dans le tissu social et culturel de l'Afrique la plus pauvre et donc difficile à éradiquer, a fortiori à dénoncer publiquement. C'est pourquoi, lorsqu'une femme, Theresa Kachindamoto, s'est publiquement opposée à ce phénomène répréhensible, beaucoup de choses ont évolué positivement.

via Al Jazeera

Advertisement

Swathi Sridharan (ICRISAT)/Wikimedia

Bien que les mariages de moins de 18 ans aient été abolis au Malawi en 2015, 42% des jeunes filles de 20 à 24 ans de la nation la plus pauvre d'Afrique subsaharienne s'étaient déjà mariées avant l'âge de la majorité. Lorsque Theresa est devenue directrice générale du district de Dedza, elle a donc aboli la pratique des mariages d'enfants et a fait signer la nouvelle loi à 50 de ses sous-chefs.

Plus tard, Theresa a également aboli les "camps d'initiation sexuelle", où les épouses de moins de 18 ans étaient "éduquées" sur la façon de donner du plaisir à leurs conjoints, et a officiellement annulé plus de 1 500 mariages d'enfants, envoyant toutes les filles à l'école.

Nafarroako Gobernua/Wikimedia

Un résultat que Theresa a obtenu grâce à sa persistance, sa ténacité et sa détermination à s'opposer de toutes ses forces et de toute sa puissance à un aspect de la tradition séculaire de son pays qui fait partie de la culture depuis des décennies maintenant ; évidemment, au fil des ans, des menaces ont été proférées à l'encontre de la dirigeante, accusée de vouloir nuire et bouleverser la culture et les traditions du Malawi.

Mais ce n'est que par un acte courageux de révolution que les choses peuvent réellement changer ; et dans ce cas, un changement positif pour que toute une génération d'adolescentes puisse réellement grandir en allant à l'école et en bénéficiant d'une éducation. Bravo, Theresa !

Advertisement