9 façons dont les parents font détester la lecture aux enfants selon un auteur italien - RegardeCetteVideo.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
9 façons dont les parents font détester…
Les autres jugent toujours, mais c'est à vous de décider si vous voulez vous faire influencer ou non Cette femme a passé la nuit avec un chien mourant en le réconfortant dans ses derniers instants

9 façons dont les parents font détester la lecture aux enfants selon un auteur italien

914
Advertisement

Le grand auteur de contes de fées et de littérature pour enfants Gianni Rodari est bien connu ; avec ses écrits et ses publications, il a radicalement changé la manière de penser l'enfance et le système éducatif de l'Italie d'après-guerre. Grand défenseur de l'enseignement de la lecture, Gianni Rodari dans son célèbre livre Scuola di fantasia a exposé avec ironie (mais pas tant que ça) les 9 manières dont les adultes transforment systématiquement la lecture en une obligation désagréable pour les enfants.

via: Maecla
image: Pexels

Voici les 9 façons d'apprendre aux enfants à "haïr" la lecture selon l'auteur italien :

  • Présenter le livre comme une alternative à la télévision : ce faisant, les parents jettent une ombre de punition et de désagrément vers l'activité refusée, alors que, selon l'auteur, même la télévision de son temps pouvait être éducative et créative pour le plus jeune enfant ; mais ce faisant, vous ne l'invitez certainement pas au plaisir de la lecture.
  • Présenter le livre comme une alternative à la bande dessinée : le système hiérarchique selon lequel la bande dessinée est considérée comme "mineure" par rapport à un bon roman pour enfants doit être dépassé selon Rodari ; il n'y a pas de lien de cause à effet pour lequel ceux qui lisent des bandes dessinées n'aiment pas lire des livres plus difficiles.
  • Dire à nos enfants que les enfants d'autrefois lisaient davantage : on ne peut pas faire aimer à tout prix une génération ou une époque que nos plus jeunes enfants n'ont même pas vécu.
  • Dire que nos enfants ont trop de distractions : c'est à la société et à leur organisation de fournir des alternatives éducatives viables aux nouvelles générations...
  • Faire des reproches aux enfants s'ils n'aiment pas lire : pour Rodari, il est trop facile de reprocher le manque de passion pour la lecture des enfants ; il faut être un divulgateur de qualité pour pouvoir stimuler la croissance cognitive des enfants.
  • Transformer le livre en un instrument de torture : le grand nombre de tâches assignées par l'école d'hier et d'aujourd'hui ne facilite certainement pas la passion ou l'amour de la lecture, puisque le livre est alors analysé par les enfants uniquement comme un instrument d'étude et d'effort.
  • Se refuser de lire à ses enfants : vous devez savoir lire avec enthousiasme et passion ; la voix du parent ou de l'enseignant sont les seuls guides adultes que l'enfant a et peut suivre...
  • Ne pas offrir un choix suffisant : Rodari recommande la création d'une petite bibliothèque à domicile pour l'enfant, de sorte que même à la maison, il peut se sentir stimulé à l'utiliser.
  • Donner l'ordre de lire : l'obligation forcée est la technique qui aura le moins d'efficacité : l'amour de la lecture ne doit pas s'enseigner par la force, mais est quelque chose d'intérieur et de subjectif.

Chers papas et mamans d'aujourd'hui, les enseignements de Gianni Rodari, bien que datés au regard du développement des technologies actuelles, sont toujours utiles et pertinents. Gardez-le précieusement !

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci