Chers parents, vos enfants n'ont PAS droit à leur vie privée - RegardeCetteVideo.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Chers parents, vos enfants n'ont PAS…
Six mois avant une crise cardiaque, le corps peut envoyer des signaux : voici ceux qu'il ne faut pas négliger Les femmes qui aiment s'entourer de plantes vivent plus longtemps, c'est ce que confirme la science

Chers parents, vos enfants n'ont PAS droit à leur vie privée

964
Advertisement

La situation est sous les yeux de tous. Les smartphones, les tablettes et tout appareil qui permet de se connecter numériquement à d'autres sont presque des "extensions" des adolescents et des enfants.

Nous n'exagérons pas : l'âge auquel les enfants entrent en contact avec ces dispositifs est de plus en plus bas, et c'est ce qui crée de nombreux petits nouveaux leviers sur le web.

Car s'il est vrai que sur le web d'aujourd'hui les possibilités sont infinies, les risques le sont aussi. Et nous ne parlons pas ici de cas extrêmes, mais d'abus et de violations de l'identité et de la vie privée qui peuvent faire partie de la vie quotidienne de chacun.

La cyberharcèlement est un phénomène dont il faut prendre conscience. Cibler certaines personnes, considérées comme "plus faibles", à travers les outils qu'offre le web, est une pratique qui se développe malheureusement de plus en plus, causant des troubles et des problèmes – même très graves – chez les victimes de harcèlement.

Un commentaire, une photo, un dénigrement numérique et visible de tous : ce sont des choses qui peuvent blesser autant que la "vraie" violence. Il est donc de la responsabilité de chacun, à commencer par les parents, d'intervenir pour tenter de contrer les risques de ce phénomène.

Comment ? Cela peut paraître provocateur, mais il faut limiter la vie privée de nos enfants. En effet, un enfant ou un adolescent peut difficilement être pleinement conscient des risques auxquels il est exposé lorsqu'il publie des contenus en ligne ou saisit ses données personnelles.

image: scott.af.mil

Comme si cela ne suffisait pas, aujourd'hui, tout défi ou toute provocation commence d'abord par les réseaux sociaux. Dans ces "places" numériques, on règle ses comptes, on se "clashe", on se fait beau aux yeux de tous : bref, on construit une identité, fictive dans la plupart des cas.

Il est donc nécessaire que chaque parent garde un œil attentif sur ce que fait son enfant sur le web, et qu'il le fasse d'une manière presque "harcelante".

Chaque message, chaque chose qu'ils publient doit être connu des parents : qui sait, ils se rendront compte que leurs enfants bien-aimés sont en réalité des personnes qui, en ligne, peuvent se transformer en cyberharceleurs.

Advertisement

Ce n'est qu'ainsi que les enfants pourront comprendre que les mots blessent autant, sinon plus, que la violence physique. Bien sûr, ce ne sera pas facile, et toute intrusion et interdiction des parents dans la vie privée de leurs enfants causera très probablement des conflits et des disputes.

Mais intervenir pour une bonne cause sera une action qui, à l'avenir, portera ses fruits et aura permis de sensibiliser un peu plus sur des questions importantes.

Comprendre dès le départ l'importance du respect des autres comme fondement d'une vie qui va au-delà de la popularité sur les réseaux sociaux sera un pas en avant pour élever nos enfants comme de meilleures personnes.

Source:

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci