Un homme offense un garçon handicapé dans le train : il se sent coupable et s'excuse auprès de tout le monde. - RegardeCetteVideo.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Un homme offense un garçon handicapé…
Un jeune homme déchire sa pancarte, mais le sans-abri n'a aucune idée de la surprise qu'il est sur le point de recevoir. 20 chevaux de race particulières qui ressemblent à de véritables œuvres d'art.

Un homme offense un garçon handicapé dans le train : il se sent coupable et s'excuse auprès de tout le monde.

1.439
Advertisement

On peut imaginer la vie difficile des travailleurs, si nous prenons tous les matins un train qui nous emmène au travail, puis un autre pour rentrer chez nous. Il n'est pas du tout facile de faire face aux retards inattendus, aux wagons de plus en plus encombrés et aux horaires strictes de tous les jours.

La vie des travailleurs se complique encore plus par l'impolitesse et l'arrogance, et malheureusement, à notre époque, ce n'est pas rare d'en faire les frais.

Lisez ce qui s'est passé dans un train régional : ce qui aurait pu se transformer en un énième conflit a eu, au contraire, une fin inattendue.

L'histoire a été diffusée par un homme qui était à bord du train : à la fin de l'histoire, il a écrit un message sur Facebook où il a raconté cette dernière.

image: pixabay.com

"Je suis dans un train régional, je vais à la présentation de mon livre, une forte pluie s’abat sur les fenêtres. Le train s'arrête dans une gare dont je ne lis pas le nom, un garçon handicapé monte, trois personnes l’emmènent. Le garçon est en fauteuil roulant et son buste est plié vers l'avant laissant deviner une déformation évidente. L'espace du wagon réservé aux fauteuils roulants est occupé par deux valises encombrantes, le contrôleur dit à haute voix : "A qui sont ces sacs ? sans obtenir de réponse, puis il crie : " A QUI SONT CES BAGGAGES ?

Un homme d'une cinquantaine d'années se lève, va chercher ses valises mais se plaint au contrôleur, c'est un scandale, il n'y a plus de places dans le compartiment spécial pour ses bagages et maintenant il ne sait pas où les mettre. Le garçon handicapé, tout en attachant son fauteuil roulant avec les sangles, fixe l'homme sans rien dire, je ne comprends pas si son handicap l'empêche de parler ou s'il est, tout simplement, fatigué, ce type de fatigue de ceux qui sont malheureusement habitués à voir des réactions de ce genre.

Le contrôleur s'approche de l'homme, il lui dit que, comme les compartiments sont petits, s'il le souhaite, il peut mettre ses bagages sur les deux sièges vides devant lui. C'est à ce moment-là que l'homme se permet de dire cette phrase, à voix basse.
Pourquoi qu'ils ne restent pas à la maison au lieu de se promener, dit-il."

" Une femme de soixante-dix assise derrière et moi nous l'entendons. Je m'efforce de respirer profondément parce que je pense sérieusement à me lever et à lever ma mains sur lui. La dame des années 70 se lève, se retourne, se place devant l'homme, et elle lui dit :

"Vous devriez avoir honte, c'est vous qui devriez rester à la maison au lieu de nous forcer à écouter vos bêtises !"


L'homme baisse les yeux en face de la femme, avec l'expression d'un enfant qui vient d'être grondé par sa mère.
Je suis sur le point d'intervenir et d'en rajouter une dose quand : "Vous avez raison", dit l'homme tout à coup. "Excusez-moi, je suis très fatigué et j'ai vraiment exagéré."
Un instant plus tard, l'homme se lève, se dirige vers le garçon handicapé et s'arrête devant lui.
"Désolé," dit-il, "Je suis un imbécile."
Le garçon lève les yeux.
"C'est pas grave", lui dit-il. "De ça, si vous voulez, vous pouvez guérir."

Advertisement
image: pixabay.com


L'homme semble surpris par la réponse, son visage s'ouvre en souriant, le garçon sourit. Ils se présentent, ils commencent à parler.
Le garçon s'appelle C. Il est ingénieur informaticien.
L'homme s'appelle S., c'est un métallurgiste de banlieue.
Ils vivent à moins de dix kilomètres de distance et ne s'étaient jamais rencontrés. Aujourd'hui, au lieu de cela, ils se sont "vus", c'est ce qui me semble être le plus important.


Je regarde par la fenêtre, j'écoute leurs histoires par intermittence, je pense que cette situation aurait pu se terminer de différentes façons et au lieu de cela, j'ai été témoin d'un petit miracle. Et il me vient à l'esprit que souvent trois choses seulement suffiraient pour rapprocher les êtres humains : un coup de pied au c*l au bon moment - par ceux qui en assument la responsabilité - la capacité de s'excuser, un sourire en retour.


Il faut vraiment peu de choses.
Il faudrait s'en souvenir.

Voici le message original.

Sono su un treno regionale, sto andando a una presentazione del mio libro, fuori una pioggia obliqua cade contro i...

Pubblicato da Matteo Bussola su Sabato 21 luglio 2018
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci