Sa fille réagit contre la fille qui la harcelait : "Je suis très fière d'elle"

Baptiste

23 Mars 2023

Sa fille réagit contre la fille qui la harcelait : "Je suis très fière d'elle"
Advertisement

Quand on devient parent, il est toujours compliqué de comprendre quel chemin prendre pour élever ses enfants. Surtout s'il s'agit d'une première naissance et que l'on n'a pas d'expérience préalable, il n'est pas évident de s'orienter dans la bonne direction et l'on risque de commettre des erreurs plus ou moins graves ou de faire des choix qui ne seront pas forcément partagés par d'autres.

La mère au centre de cette histoire s'est retrouvée dans une situation similaire. Elle a partagé ses réflexions sur Twitter et cela a déclenché un énorme débat entre ceux qui étaient d'accord avec elle et ceux qui considéraient son point de vue comme excessif. 

via Daily Mail

Advertisement

Bianca Austin est une mère de deux enfants, âgée de 35 ans et originaire du Royaume-Uni, qui a publié un message sur son compte, divisant littéralement le web en deux. Dans son post, cette maman confie : "Après des semaines d'harcèlement par la même fille, de nombreux appels téléphoniques à l'école et aucun changement, aujourd'hui ma fille a réagi à une énième moquerie et a affronté physiquement son harceleuse. Je suis très fière d'elle". Des mots directs qui ont déclenché un énorme débat.

Parmi les quelque 2 millions d'utilisateurs qui ont lu le message, nombreux sont ceux qui ont approuvé la femme, estimant que si on ne peut pas être entendu par l'école, la seule façon de lutter contre les harcèlements et d'y mettre un terme est de se défendre soi-même. D'un autre côté, certains l'ont sévèrement critiquée, estimant qu'inciter les enfants à réagir violemment et physiquement n'était pas la solution la plus idéale au problème.

Bianca Austin/Twitter

Bianca Austin/Twitter

"Les réactions de ce type risquent également de devenir des actes d'intimidation et rien d'autre", a déclaré un utilisateur. " Le harcèlement est néfaste et crée de nombreux problèmes, mais votre fille n'aurait pas dû réagir de cette manière", a écrit un autre utilisateur. Des messages qui ne sont pas passés inaperçus et auxquels Bianca a décidé de répondre.

"Je serais curieuse de savoir ce que vous suggéreriez comme solution au harcèlement", a répondu la femme. "L'école n'a rien pu faire, les mauvais comportements détruisaient la santé mentale de ma fille et affectaient ses études, alors quelle est la bonne marche à suivre ? Ma fille n'a pas de mauvaises intentions, tout ce qu'elle veut, c'est qu'on la laisse tranquille pour qu'elle profite de l'école. Pourtant, elle a été sanctionnée par une suspension de deux jours, alors que la fille qui la moquait depuis si longtemps peut aller à l'école parce qu'il ne s'agissait que d'insultes verbales et non physiques."

Advertisement

De quel côté se trouve donc la raison ? Il n'est pas facile de prendre position sur le sujet, et on ne peut pas dire avec certitude ce qui est bien ou mal. Il est certain qu'il ne faut jamais encourager les enfants à réagir par la violence, mais à se tourner, dans la mesure du possible, vers les enseignants ou d'autres institutions qui s'occupent de cette question. Il est également vrai que, parfois, ceux qui sont constamment sous pression sont enclins à réagir instinctivement pour leur propre protection.

Pensez-vous que cette mère est complètement dans l'erreur ou y a-t-il une lueur de raison pour elle ?

Advertisement