Cette grand-mère est obligée de travailler tous les jours comme "statue vivante" dans la rue, pour nourrir son petit-fils de deux ans

Baptiste

16 Mai 2021

Cette grand-mère est obligée de travailler tous les jours comme
Advertisement

Les grands-parents sont toujours là pour leurs petits-enfants, ou du moins c'est ce que l'on peut espérer dans des situations de tranquillité familiale. Il y a ensuite les grands-parents qui prennent la place des parents pour diverses raisons, notamment en aidant par leur présence à élever les enfants pendant que les mères ou les pères sont au travail toute la journée. Dans les cas les plus désespérés, cependant, ce sont les grands-parents qui doivent prendre en charge la situation, sans avoir d'autre choix. Mumun est une femme âgée vivant en Malaisie. Elle est la grand-mère de Reihan, un garçon de 2 ans, et ferait tout pour lui. La femme n'a pas eu beaucoup de choix : les parents de Reihan se sont séparés et l'ont abandonné à son sort, la grand-mère a donc dû prendre en charge son avenir. Pour gagner un peu d'argent, la femme travaille comme mime dans la rue.

via Merdeka

Advertisement

Merdeka

Mumun n'est pas sûre de son âge, mais elle a certainement plus de 60 ans, alors qu'elle sait que son petit-fils Reihan n'a que 2 ans et a absolument besoin de son aide. Peu importe si le sacrifice est important, car c'est son devoir de grand-mère et elle sait que cela en vaut la peine. Chaque matin, Mumun se peint le visage et le corps en argent et feint d'être une statue vivante sous le regard des passants qui ignorent sûrement son histoire de pauvreté et de souffrance. Avant l'apparition de la pandémie, Mumun travaillait comme femme de ménage, mais l'arrivée du Covid-19 a bouleversé toutes les habitudes et la vieille dame a dû chercher un emploi de remplacement. 

Merdeka

Avec quelques pièces, elle s'est achetée une boîte de couleur "argent", à utiliser sur son corps, pour ressembler à une statue et aujourd'hui, pour nourrir son petit-fils, elle fait le mime aux coins des rues. Lorsqu'elle entend le son d'une pièce de monnaie qu'un passant lui laisse, elle se met à bouger et à chanter d'une voix douce et légère, puis elle revient immobile dans une autre position. Son "travail" se poursuit de cette manière, tout au long de la journée. La femme gagne entre 3 et 5 dollars par jour, juste assez pour acheter du lait pour Reihan et manger quelque chose. Lorsque l'argent ne suffit pas, la grand-mère n'hésite pas à se priver de déjeuner ou de dîner : "L'important, c'est que Reihan ait son lait tous les jours", dit Mumun.

Advertisement

Merdeka

Il est très triste qu'une femme de son âge doive se réduire à cet état pour survivre. Elle assure que le fait de voir Reihan en bonne santé et bien nourri la motive à continuer et à faire ce travail pénible chaque jour. Tant qu'elle sera avec lui, elle veillera toujours à ce qu'il mange au moins une assiette de riz par jour. 

Merdeka

Pensons à toutes les fois où nous passons nonchalamment devant des personnes dans la rue qui offrent un spectacle ou qui font simplement l'aumône : nous ne savons pas quelle est leur histoire, nous ne devons donc pas nous sentir capables de juger leurs choix. Pour cette grand-mère, ce n'était pas vraiment un choix : elle est là et sera toujours là pour son petit-fils.

Advertisement