Mais pourquoi suis-je si triste à Noël ? Selon les experts, c'est la faute à l'inconscient et à notre façon de vivre les festivités - RegardeCetteVideo.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Mais pourquoi suis-je si triste à Noël…
La partie du corps que vous lavez en premier sous la douche révèle la personne que vous êtes Le marathon des fêtes de Noël ne doit pas devenir un cauchemar : voici une réflexion à garder à l'esprit

Mais pourquoi suis-je si triste à Noël ? Selon les experts, c'est la faute à l'inconscient et à notre façon de vivre les festivités

6.792
Advertisement

Les lumières s'allument et s'éteignent de façon intermittente, les chants de Noël mettent l'euphorie dans les villes, les maisons brillent de couleurs et de paillettes. Mais alors d'où vient ce sentiment de tristesse, si tout autour suggère la joie ?

Il n'est pas rare de se sentir triste et anxieux lors des fêtes de fin d'année alors que l'on devrait être heureux. C'est une condition bien connue des experts, qui l'expliquent par notre inconscient. C'est pour cela que l'on peut avoir le moral en berne la veille de Noël.

image: pexels.com

Les experts l'appellent "dépression de Noël" ou plus généralement "réaction d'anniversaire" : c'est la condition dans laquelle on se sent apparemment distant avec ce qui se passe à un moment donné. Ainsi, à Noël, on ressent de la tristesse, tout comme cela peut arriver la veille du Nouvel An, à Pâques, ou le jour de son anniversaire.

image: pexels.com

La raison pour laquelle on peut ressentir cela, c'est parce qu'on se sent inadéquat : non seulement on ne sent pas ce bonheur partagé par tous les autres, mais on se sent aussi coupable de cela.

Le bonheur, contrairement à la croyance populaire, n'est pas contagieux : au contraire, lorsqu'il est "forcé" et auto-induit, il est très susceptible de générer des sentiments opposés. De plus, ces festivités entraînent habituellement des changements soudains dans la routine qui causent souvent de l'irritabilité.

Le fait est que pour notre inconscient, Noël n'existe pas ou toute autre festivité heureuse : nous seuls existons et ce que nous ressentons avec. C'est pourquoi il n'est pas certain qu'à Noël, toutes les mauvaises humeurs fassent place à la joie.

Advertisement
image: pexels.com

Il peut également y avoir d'autres facteurs qui peuvent contribuer à la dépression de Noël :

  • Difficulté à se sentir bien dans la famille
  • Le stress causé par l'urgence d'offrir des cadeaux
  • Grosses dépenses d'argent 
  • Traumatismes liés à la période de Noël
  • Caractéristiques de la période hivernale (lumière rare et froid)
  • Attentes pour les festivités.
image: pixabay.com

Reconnaître les symptômes de la "dépression de Noël" est très simple : tristesse, angoisse, irritabilité, maux de tête, insomnie, troubles de l'appétit. Ces symptômes sont communs à beaucoup d'autres affections, mais dans ce cas, ils disparaissent quelques jours après la fin des Fêtes.

Comment pouvons-nous passer les festivités sans que la tristesse ne prenne le dessus ?

Ce que vous ne devez PAS faire, c'est de vous convaincre que vous devez être heureux à tout prix ; cela ne ferait qu'empirer les choses. Dans cette situation, les émotions vécues doivent avoir leur place, qu'elles soient négatives ou positives. En effet, la plupart des troubles psychologiques sont associés à une répression des émotions. D'un point de vue pratique, il peut être utile de se faire un petit cadeau, un geste de soin et d'attention envers vous-même qui pourrait améliorer l'humeur.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci