Il défend à son employée d'utiliser le téléphone : lorsqu'elle est coincée dans l'ascenseur, personne ne l'aide

Baptiste

05 Octobre 2022

Il défend à son employée d'utiliser le téléphone : lorsqu'elle est coincée dans l'ascenseur, personne ne l'aide
Advertisement

Combien de fois avons-nous souhaité que le destin nous rende justice, au moins sur le lieu de travail ? Il y a souvent des personnes désagréables qui déversent leur frustration sur les employés juste pour avoir la satisfaction de tout contrôler, alors qu'elles ne font que créer un climat de travail lourd et improductif.

Eh bien, de temps en temps, le destin est du côté des "bons", comme le montre cette histoire amusante partagée en ligne par une jeune vendeuse d'un magasin de disques et de films.

via Reddit

Advertisement

Pexels - Not the actual photo

"J'ai trouvé un emploi dans un magasin de disques et de vidéos près de chez moi : c'est un petit magasin familial avec trois magasins différents en ville. Ce travail est parfait pour moi. Horaires flexibles, salaire décent mais le seul inconvénient était ma superviseuse, Amanda. Elle semblait être malheureuse de la façon dont sa vie avait tourné. Par conséquent, elle déversait tous ses problèmes sur qui elle pouvait, en particulier sur les employés. Elle n'était même pas gentille avec les clients", a expliqué la jeune femme.

La femme en question y travaillait uniquement parce qu'elle était la belle-fille du propriétaire. La vendeuse a alors expliqué son malaise à Ken, le propriétaire, mais celui-ci a simplement soupiré et demandé à la jeune femme de l'éviter si possible. "J'ai eu la nette impression que Ken ne se souciait pas beaucoup d'elle non plus, mais elle était sa belle-fille", raconte l'employée.

Pexels - Not the Actual Photo

"Un jour, j'étais au téléphone avec un client pour une commande, quand Amanda a voulu passer un appel. Elle m'a arraché le téléphone des mains, a commencé à me crier dessus et m'a dit : "Tu n'utiliseras plus jamais ce téléphone, compris ?"
Je me suis mordue la langue et j'ai répondu par "OK". Un mois plus tard, il y a eu un autre emportement : j'ai dû aller aux toilettes après un service de sept heures et Amanda a commencé à frapper la porte des toilettes et à me demander de sortir. Après m'avoir couvert d'insultes, elle m'a dit en termes très clairs que je n'étais pas autorisée à quitter le service tant que j'étais en service", écrit la fille, ajoutant qu'une fois encore, elle a répondu par un "OK".

Puis le jour du revirement de situation : "J'étais dans mon rayon en train de ranger des DVD lorsque le technicien de l'ascenseur m'a prévenu qu'il devait aller chercher une pièce de rechange pour le réparer et qu'il serait en retard jusqu'à 19 heures. Peu après, j'ai remarqué qu'Amanda entrait dans l'ascenseur par la porte arrière. Je pensais qu'elle avait vu qu'il n'était pas alimenté et pourtant, pendant un instant, il a fonctionné : juste assez pour descendre un demi-étage et s'arrêter parfaitement à mi-chemin entre les deux étages."

Advertisement

Pexels - Not the Actual Photo

Amanda a demandé à la vendeuse de venir l'aider et celle-ci, en essayant de rester aussi sérieuse que possible, lui a dit qu'elle ne pouvait pas quitter le rayon pour ne pas enfreindre ses propres ordres. La femme est devenue furieuse et a fini par lui demander d'appeler à l'aide. Une fois encore, la vendeuse a répondu qu'elle ne risquait pas d'enfreindre ses propres règles en utilisant le téléphone. "Elle m'a insultée pour la énième fois, en disant que j'étais virée", a-t-elle raconté. La jeune fille a donc finalement pu répondre avec la monnaie de sa pièce, avant de sortir, de laisser un panneau devant la porte indiquant : "Fermé jusqu'à 19 heures en raison de circonstances imprévues" et de rejoindre le patron en voiture.

M. Ken a été surpris de la voir en plein milieu des heures de travail à sa résidence et lui a demandé ce qu'elle faisait là. "Je lui ai raconté toute l'histoire et les règles absurdes qu'Amanda avait imposées. Puis je lui ai dit qu'elle était coincée dans l'ascenseur et que j'avais été licenciée."
Ken a regardé la jeune vendeuse stupéfait, puis s'est mis à rire : "Je devrais vraiment y aller pour la faire sortir, mais je fais du jardinage et je salirais tout le magasin."
Aussitôt après, il a rassuré la jeune femme en lui disant que la journée de travail serait toujours payée et qu'elle avait toujours son emploi, tandis qu'il s'occuperait enfin d'Amanda en parlant avec elle et son fils.

Qu'en pensez-vous ?

Advertisement