x
Une femme de 99 ans, qui a failli devenir…
Une mère en difficulté n'a pas les moyens d'acheter un poulet rôti : une inconnue lui donne de l'argent

Une femme de 99 ans, qui a failli devenir nonne dans sa jeunesse, tient dans ses bras son centième arrière-petit-enfant

22 Août 2022 • Par Baptiste
2.014
Advertisement

Les familles nombreuses peuvent donner l'impression d'être toujours très soudées et unies, même lorsque des problèmes interpersonnels naturels surviennent. Après tout, la cohabitation forcée n'est jamais facile pour personne, surtout à long terme. Mais il y a des familles qui ne renonceraient jamais à leurs nombreux proches. Celle de Marguerite Koller, une fringante dame de 99 ans, est certainement l'une d'entre elles. Cette femme presque centenaire était sur le point de devenir nonne dans sa jeunesse, mais une rencontre avec William, son futur mari, a complètement changé son destin. Marguerite a eu une très grande famille et a vécu assez longtemps pour accueillir son 100e arrière-petit-enfant !

via: Metro

Christine Stokes Balster et son mari Patrick Balster ont été ravis de pouvoir présenter leur deuxième fils à leur "grand-mère" Marguerite "Peg" Koller. C'est en l'honneur du nom de famille de leur arrière-grand-mère que le couple a décidé d'appeler leur fils Koller. Pour la grand-mère presque centenaire, il s'agissait d'un événement unique, surtout parce que Koller est officiellement son centième arrière-petit-enfant. Pour une femme qui était sur le point de devenir nonne, il s'agit d'un événement vraiment incroyable. "Nous sommes allés chez grand-mère et lui avons présenté Koller, qui porte le nom de sa famille", a déclaré Christine. "Elle était absolument ravie. Elle était si heureuse et se sentait si bénie et chanceuse de pouvoir le tenir dans ses bras."

Marguerite, enfant unique, a eu onze enfants avec son mari William et est devenue plus tard grand-mère de 56 petits-enfants. Petit à petit, sa famille a continué à s'agrandir jusqu'à aujourd'hui.

Le centième enfant de la famille a également reçu William comme deuxième prénom, en l'honneur du défunt mari de Marguerite. "Mon mari aimait le prénom Kole, dit Christine. Il était donc tout naturel de l'appeler Koller et William comme deuxième prénom. Et puis nous pourrons toujours l'appeler Kole si nous le voulons."

Une fois écartée l'idée de devenir religieuse, Marguerite souhaitait de tout cœur avoir une grande famille, consciente de sa solitude d'enfant unique. La rencontre avec William, décédé en 2008, a été cruciale et aujourd'hui, Marguerite, à presque 100 ans, peut dire qu'elle est très heureuse avec sa grande famille.

Advertisement
Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci