Il a sauvé 669 enfants juifs de la déportation nazie grâce à des voyages en train : les survivants le remercient toujours - RegardeCetteVideo.fr
x
Il a sauvé 669 enfants juifs de la…
Elles veulent se marier une seconde fois, après que le mari ait achevé sa transition d'homme à femme Elle a 4 enfants et pas d'argent pour payer les ouvriers : la maman retrousse ses manches et construit seule sa maison

Il a sauvé 669 enfants juifs de la déportation nazie grâce à des voyages en train : les survivants le remercient toujours

08 Juillet 2021 • Par Baptiste
2.234
Advertisement

Les années entre 1933 et 1945, celles où se sont déroulées la Seconde Guerre mondiale et la tragédie de l'Holocauste, ont été parmi les plus sombres de l'histoire contemporaine. Dans les livres d'histoire, on peut apprendre la dynamique de tous les événements de l'époque, y compris les batailles, mais on connaît beaucoup moins l'histoire des protagonistes individuels qui, à leur manière, ont marqué l'histoire en sauvant des centaines de vies. L'un d'eux s'appelait Nicholas Winton, un homme qui, grâce à son courage, a réussi à sauver 669 enfants juifs dans la Tchécoslovaquie occupée par les nazis, en les faisant se réfugier en Angleterre, son pays d'origine. Nicholas Winton n'a même pas parlé à sa femme Grete de ce qu'il avait fait pendant ces années, à tel point que celle-ci n'a découvert qu'en 1988, presque par hasard, l'histoire de ces sauvetages, en fouillant dans de vieilles malles au grenier : pour Nicholas, c'était normal, il n'y avait rien d'héroïque, et même il aurait voulu en sauver beaucoup plus !

Nicholas Winton est né à Hampstead, à Londres, en 1909, de parents juifs allemands qui avaient émigré en Angleterre deux ans seulement avant sa naissance. Dans les années qui précèdent immédiatement le début de la Seconde Guerre mondiale, Nicholas parvient à errer en Europe entre Paris et Prague, où il est invité par un ami en décembre 1938 à travailler avec le Comité britannique pour les réfugiés en Tchécoslovaquie. C'est ici que Nicholas et d'autres volontaires ont planifié l'évasion de centaines d'enfants, les sauvant ainsi d'une mort certaine. Il faut rappeler que cela a été possible parce que, après la "Nuit de cristal" du 1er novembre 1938, le Parlement britannique avait voté une loi sur l'accueil des réfugiés de moins de dix-sept ans. Néanmoins, l'acheminement des trains d'enfants vers l'Angleterre était difficile : les Pays-Bas ont fermé leurs frontières après le 1er novembre 1938, empêchant ainsi les jeunes réfugiés d'embarquer pour Londres. Nicholas a toutefois réussi à faire partir deux trains grâce à des laissez-passer du gouvernement anglais, sauvant ainsi la vie de 669 enfants. Le troisième train aurait dû partir le 1er septembre 1939, mais il était trop tard : Hitler a envahi la Pologne et, avec l'explosion du conflit mondial, toutes les frontières ont été fermées.

Nicholas n'a jamais parlé des enfants qui, grâce à lui, ont été sauvés et ont eu la chance de commencer une nouvelle vie en Angleterre, mais en 1988, sa femme Grete a trouvé des photos et des documents qui avaient été cachés dans le grenier poussiéreux. Elle découvre que son mari a sauvé des vies pendant la guerre et décide de faire connaître son histoire au monde entier. Elle écrit donc à la BBC, sans être démasquée par son mari, et quelque temps plus tard, elle invite Nicholas à participer au public d'une émission de télévision. Il est loin de se douter que lors de cette émission, les projecteurs seront braqués sur lui et sur les deux dames assises à côté de lui : deux des petites filles qu'il a lui-même sauvées grâce à ces trains de l'espoir. La plus grande surprise, cependant, lui a été donnée quelques mois plus tard, au cours de la même émission de télévision de la BBC. À cette deuxième occasion, l'animateur du talk-show a demandé ouvertement : "Qui d'autre dans cette pièce doit sa vie à M. Winton ? S'il vous plaît, levez-vous." Toutes les personnes assises à côté de Nicholas se sont levées et ont révélé qu'elles étaient ces enfants sauvés par Nicholas. Inutile de dire que ce fut un moment extrêmement émouvant.

 

Advertisement

Le moment où Nicholas découvre qu'il est assis à côté d'une des "enfants" survivants.

Nicolas a gardé ce secret pour lui pendant 40 ans, en partie parce qu'il pensait n'avoir fait que son devoir et en partie, peut-être, parce qu'il regrettait de ne pas en avoir fait assez : il aurait voulu sauver davantage de vies. Nicholas a reçu de nombreux titres et récompenses mérités pour ses efforts humanitaires : la reine Elizabeth l'a nommé baronnet en 2003 ; en 2010, il a été reconnu comme un "héros britannique de l'Holocauste" par le gouvernement britannique ; en 2008, le gouvernement tchèque l'a proposé comme candidat au prix Nobel de la paix, qu'Obama a toutefois remporté ; en 2009, pour son 100e anniversaire, un train spécial a été organisé de Prague à Londres, auquel ont participé de nombreux enfants sauvés, qui ont maintenant des enfants et des petits-enfants ; enfin, en 2014, le gouvernement tchèque a décidé de lui décerner le titre de Lion blanc, la plus haute distinction nationale.

Nicholas a toujours affirmé qu'il n'était pas un héros, car "il n'a jamais vraiment été en danger", mais il n'en reste pas moins que nombre de ces survivants continuent aujourd'hui de le remercier : sans lui, ils n'auraient jamais connu la vie adulte.

image: Wikimedia

Nicholas est décédé le 1er juillet 2015, à l'âge de 106 ans, mais sa mémoire et son action resteront à jamais dans les mémoires.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci