"J'échange des sourires contre un emploi" : un sans-abri est remarqué par un homme d'affaires et se voit offrir un nouvel emploi

par Baptiste

04 Mars 2021

"J'échange des sourires contre un emploi" : un sans-abri est remarqué par un homme d'affaires et se voit offrir un nouvel emploi
Advertisement

Les crises économiques sont particulièrement difficiles à gérer, surtout pour les personnes considérées comme "invisibles" par la société actuelle ; nous parlons des pauvres, des sans-abri, de ceux qui se sont soudainement retrouvés sans emploi et qui essaient à tout prix de joindre les deux bouts. Beaucoup de ces personnes moins chanceuses que nous veulent simplement une deuxième chance et quelqu'un qui croit en leurs capacités. L'histoire émouvante que nous voulons vous raconter aujourd'hui concerne les secondes chances et les fins heureuses...

via Sò Noticia Boa

Advertisement
Rinaldo de Oliveira/Sò Noticia Boa

Rinaldo de Oliveira/Sò Noticia Boa

Le protagoniste de cette histoire s'appelle Alex, il a 33 ans et est né dans le Minas Gerais, au Brésil ; ce garçon a été abandonné par sa mère alors qu'il était encore très jeune, et jusqu'à l'âge de 4 ans, il a vécu exclusivement avec son père à Rio de Janeiro, mais ce dernier est mort très vite. Une enfance vécue sous le signe de l'absence de figures parentales et de la pauvreté. En raison de la récente crise économique qui a durement frappé l'État sud-américain, Alex s'est retrouvé sans emploi et en a cherché un autre malgré la situation très difficile.

Alex ne s'est pas découragé et a cherché un emploi de la manière la plus improbable qui soit : il a fait un panneau avec la phrase "J'échange des sourires contre un nouveau travail" ; tôt ou tard, quelqu'un l'aurait remarqué...

Advertisement
Rinaldo de Oliveira/Sò Noticia Boa

Rinaldo de Oliveira/Sò Noticia Boa

Et c'est l'homme d'affaires de Rio de Janeiro, Fábio da Silva Baptista, qui l'a remarqué, qui a été particulièrement frappé par ces mots, l'a invité dans son bureau et a eu une véritable "conversation" avec lui : "J'ai eu une conversation directe avec lui sur son passé. Il est mince parce qu'il ne mange tout simplement pas. Nous avons examiné sa situation et avons trouvé un dossier pénal vierge, il n'avait jamais rien fait de mal dans le passé. Il n'a aucun document valable, mais mon équipe s'efforce déjà de lui en trouver de nouveaux, mais il connaissait son numéro de sécurité sociale et d'autres informations personnelles, tout cela de mémoire".

Aujourd'hui, Alex a six mois de loyer payés par un collègue de Fabio, un emploi dans son entreprise et beaucoup de temps pour travailler dur et pouvoir enfin se permettre de vivre décemment.

Bonne chance, Alex !

Advertisement