Cet homme a été verbalisé car son coq chantait trop tôt et réveillait les voisins - RegardeCetteVideo.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Cet homme a été verbalisé car son…
Deux mères démunies attrapées en train de voler de la nourriture dans un supermarché : un policier paie leurs courses Il a tout perdu dans un grave incendie, à l'exception de son fidèle chien : leurs retrouvailles sont émouvantes

Cet homme a été verbalisé car son coq chantait trop tôt et réveillait les voisins

Par Baptiste
3.417
Advertisement

Malgré de nombreux avertissements du voisinage, le chant du coq n'a apparemment pas été particulièrement apprécié, à tel point que son propriétaire, un homme de 83 ans nommé Angelo Boletti, a été condamné à une amende de 166 euros par l'administration d'une ville italienne. Apparemment, c'est le chant matinal du coq qui gênait les voisins de l'homme : il chantait de 4h30 à 6h00 du matin : une situation insupportable pour beaucoup.

image: Il Cittadino

Angelo Boletti, un retraité de 83 ans qui vit à Castiraga Vidardo en Lombardie, avait depuis 10 ans un coq de compagnie, nommé Carletto, qui avait l'habitude de chanter très tôt le matin : généralement de 4h30 à 6h00. L'homme avait déjà été averti par son voisinage de tenir son animal à au moins dix mètres des maisons voisines. C'est pourquoi, les années précédentes, Angelo avait donné son Carletto à un ami.

Mais le destin a voulu que l'ami d'Angelo parte pendant 20 jours, il a donc confié à nouveau le coq chanteur à l'homme de 83 ans ; inutile de préciser que ses voisins n'ont pas apprécié le retour au bercail de Carletto, qui a recommencé à chanter de 4h30 à 6h00 du matin, tous les jours...

image: Pixnio

Au final, la police municipale est arrivée et a infligé une lourde amende à Angelo, qui a dû payer 166 euros sur plainte de ses voisins, qui ne pouvaient plus dormir à cause du chant insistant du coq Carletto, loin d'imaginer qu'il était la cause de tant de mécontentement.

Le cœur lourd, Angelo a payé l'amende de 166 euros, mais il est resté perplexe : "Je suis sans voix. Quel besoin y avait-il ? Ils auraient pu me parler avant de la règle de la distance d'au moins 10 mètres de l'animal. Je n'ai pas compris !"

Aujourd'hui, l'homme de 83 ans a déclaré qu'il avait l'intention de faire appel de l'amende pour la faire annuler, en espérant compter sur le bon cœur de l'administration de la ville.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci