Selon les neuroscientifiques, oublier les choses est un synonyme d'intelligence. - RegardeCetteVideo.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Selon les neuroscientifiques, oublier…
Lorsqu'elle emmène son fils à l'école, elle remarque que ses mains sont abîmées : la vérité va remplir son cœur de bonheur. 10 signaux d'urgence que notre peau nous envoie quand nous avons des problèmes cardiaques

Selon les neuroscientifiques, oublier les choses est un synonyme d'intelligence.

7.355
Advertisement

Beaucoup de gens se vantent de leur excellente mémoire, qui peut sans doute être utile à l'école, dans les études, ou dans d'autres situations très spécifiques. Dans la vie de tous les jours, cependant, il arrive d'oublier quelque chose et à chaque fois que nous nous en voulons de ne pas nous souvenir de ceci ou de cela.

Mais la science est d'un tout autre avis : il n'y a rien de mal à oublier, car ceux qui oublient fréquemment ont une intelligence supérieure.

image: jdit/Flickr

L'étude menée par l'Université de Toronto met fin à la croyance qui dit qu'une une bonne mémoire est synonyme d'une grande intelligence, car en fait c'est le contraire. Pour les scientifiques, il est plus intelligent de se souvenir d'un peu de tout que de se souvenir de tous les détails d'un seul élément : c'est beaucoup plus utile dans la vie pratique et cela vous permet d'exploiter activement votre mémoire.

La prochaine fois que quelqu'un vous décrit dans le détail la tenue que vous portiez le jour où vous avez dit ces mots précis, ne soyez pas surpris : cela n'a rien à voir avec l'intelligence.

L'oubli est un processus fondamental pour créer un espace précieux pour stocker de nouvelles informations utiles : l'oubli des détails sert à stocker ce qui s'avérera utile pour prendre les bonnes décisions dans la vie courante, et c'est ce qui rend une personne intelligente.

Un esprit encombré de détails inutiles est beaucoup plus susceptible de se retrouver en difficulté lorsqu'il prend une décision : par exemple, un cerveau qui a trop de souvenirs peut tomber dans l'indécision parce qu'il prend en compte des variables excessives.

De toute évidence, les résultats de l'Université de Toronto ne sont plus valides si la quantité d'information oubliée est constante et fréquente au fil du temps. Dans ce cas, il est conseillé de vérifier s'il n'y a pas de problèmes sous-jacents.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci