Le Directeur Punit Sa Fille Pour Avoir Frappé Un Camarade, Mais Après La Réponse De La Mère Il A Honte. - RegardeCetteVideo.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Le Directeur Punit Sa Fille Pour Avoir…
20 idées merveilleuses pour une allée de maison qui vous donneront tout de suite envie de vous mettre au travail. Tri des ordures : 8 objets ordinaires qui sont presque tous jetés de manière incorrecte.

Le Directeur Punit Sa Fille Pour Avoir Frappé Un Camarade, Mais Après La Réponse De La Mère Il A Honte.

4.859
Advertisement

Ceux qui sont parents savent à quel point un appel téléphonique de l'école reçu au travail concernant leurs enfants peut faire peur : ils commencent à penser au pire, ils craignent pour la sécurité de leurs enfants et en même temps ils craignent d’être responsables de certaines actions. C'est dans cet état d'esprit qu'une femme, qui a ensuite raconté son histoire sur un site Web, est arrivée à l'école de sa fille, contactée directement par un enseignant qui l'a accompagnée pour rejoindre sa fille. Voila ce qui s'est passé et pourquoi cette histoire peut être une leçon pour beaucoup.

image: maxpixel.net

Pendant que j'étais au travail, j'ai reçu un appel téléphonique de l'école.

Professeur : "Bonjour Madame. Votre fille s'est disputée à l'école. Si vous le pouvez, je vous demande de me rejoindre.

Moi : "Je travaille, mon tour se termine dans deux heures. Vous pouvez attendre ?

Enseignant : "C'est une question assez sérieuse. Votre fille a battu un camarade de classe. Il vaudrait mieux que vous veniez tout de suite.

J'ai couru à l'école et j'ai trouvé ma fille dans le bureau du directeur avec son professeur, le directeur, un garçon au nez en sang et au visage rougi et ses parents.

Directeur : "Madame, enfin ! C'est un plaisir de le voir."

Moi : "Oui, j'étais très occupé à l'hôpital, désolée"

Finalement, on m'a dit ce qui s'était passé : le garçon avait commencé à jouer avec le soutien-gorge de ma fille, elle, énervée, lui a donné deux coups de poing au visage. Dès le début, j'ai eu l'impression qu'ils étaient plus en colère contre ma fille que contre le garçon. Connaissant ma fille, qui n'est pas une fille facile, j'ai eu la situation claire. L'histoire de l'incident et la réaction des enseignants m'a énervée.

Moi : "Vous voulez donc savoir si je vais dénoncer le garçon pour harcèlement sexuel ou si je vais dénoncer l'école pour avoir permis qu'une telle chose se produise ?"

L'expression " harcèlement sexuel " a fait réagir tout le monde.

Professeur : "J'espère que vous plaisantez....".

Chef de section : "N'exagérons pas !

Directeur : "Je pense que vous n'avez pas compris la situation"

La mère du garçon s'est mise à pleurer. Puis j'ai posé des questions à ma fille, qui a commencé à parler.

Fille : "Il n’arrêtait pas de me pincer le soutien-gorge. Je lui ai demandé d'arrêter, mais il ne l'a pas fait. Je l'ai donc signalé à l'enseignant qui m'a dit de l'ignorer. Il a recommencé et je l'ai frappé. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il s'est arrêté."

image: pixabay.com

Je me suis tournée vers le professeur.

Moi : "Avez-vous laissé le garçon toucher le soutien-gorge de ma fille ? Pourquoi ne l'avez-vous pas arrêté ? Alors venez ici et laissez-vous toucher et vous verrez si cela vous semble normal.

Professeur : "Madame, mais qu'est-ce que vous dites !

Moi : "Ah, est-ce que cela vous semble inapproprié ? Vous touchez le soutien-gorge de certaines de vos collègues. Vérifiez vous-même à quel point c'est amusant pour elle. Ou pincez celui de la mère du garçon ou le mien ! Vous pensez que c'est un jeu car ce sont des garçons ?

Directeur : "Madame, avec tout le respect que je vous dois, mais il n'en reste pas moins que sa fille a frappé un garçon.

Moi : "Non Monsieur le Directeur. Elle s'est défendue contre le harcèlement sexuel et d'un garçon. Regardez-les : il mesure un mètre quatre-vingts mètres et il pèse environ soixante-quinze kilos, elle mesure un mètre cinquante et pèse 43 kilos. Il est deux fois plus grand qu'elle. Combien de fois aurait-elle dû permettre qu'on la touche à nouveau ? La personne qui était censée la protéger n'a rien fait, et qu'aurait-elle du faire ?

La mère du jeune homme continuait à pleurer, son père semblait mal à l'aise et embarrassé. L'enseignant gardait les yeux baissés. Je me suis tournée vers le directeur.

Moi: "Je ramène ma fille à la maison. Je pense que le garçon a appris la leçon. Et j'espère que cela ne se reproduira plus jamais, non seulement pour ma fille, mais pour toutes les filles de l'école. Je le signalerai à la police et si vous touchez de nouveau ma fille, je vous ferai arrêter pour harcèlement sexuel. Vous m'avez compris ?

La colère m'avait envahie. J'ai pris les affaires de ma fille et je l'ai ramenée à la maison. La police et une association qui surveille ce qui se passe dans les écoles m'ont donné raison et m'ont dit qu'ils feraient la lumière sur la question. Pendant ce temps, ma fille a changé de classe, de professeur et de camarade de classe.

 

Que pensez-vous de cette histoire ? Pensez-vous que la réponse de la mère est adéquate ou que la fille a tort d'une manière ou d'une autre ?

 

 

Advertisement

Vous pourriez aimer aussi:

Partagez votre commentaire!

x

Ne restez pas à la traîne, suivez-nous!

Inscrivez-vous sur RegardeCetteVideo pour ne rien manquer des meilleures vidéos de la semaine

En vous inscrivant à notre newsletter, vous acceptez la Politique de confidentialité de RegardeCetteVideo.fr

Advertisement
Advertisement
x

Veuillez vous identifier pour mettre en ligne une vidéo

Inscrivez-vous avec Facebook en 2 simples clics!
(Nous utilisons Facebook juste pour rendre l'inscription plus rapide, nous ne publierons RIEN sur votre mur)

Accéder avec Facebook

Vous avez aimé la vidéo?

Cliquez sur "J'aime" pour ne pas manquer les meilleures et rester à jour!

×

Je suis déjà fan, merci